Maryse Condé: une voix pour les Antilles

Accueil
Biographie
Bibliographie
Guadeloupe: géographie
Guadeloupe: histoire
Guadeloupe: culture
« La Châtaigne et le fruit à pain »



Lexique
Liens pertinents

Maryse Boucolon est née le 11 février 1937 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Elle était la cadette d’une famille de huit enfants. À 16 ans, elle est allée à Paris pour faire ses études à la Sorbonne.

À l’université, elle a recherché des stéréotypes des Noirs dans la culture antillaise. La couleur de sa peau est devenue un sujet important pour le jeune auteur. Elle a voyagé en Afrique « pour découvrir la signification et l’importance de cette différence » entre les Noirs et le reste du monde.

 

Après qu’elle a fini ses études à l’université, elle s’est mariée avec Mamadou Condé, acteur africain. Avec lui, elle est partie pour la Côte d’Ivoire. Pendant les dix ans qu’elle a passé là-bas, elle a découvert l’Afrique ayant voyagé au Ghana, en Guinée, et au Sénégal. Elle a aussi commencé à changer le cours de sa vie. Elle a divorcé M. Condé et elle est retournée en France, où elle a enseigné à quelques universités.

 

Après quelques ans, elle s’est remariée avec un Anglais, M. Philcox. Trois ans plus tard, elle est allée à Los Angeles pour travailler. En 1987, elle s’est installée aux Etats Unis définitivement.

 

Lors de ses voyages en Afrique et aux Antilles, Maryse Condé s’est intéresseé à la race en rapport avec des Noirs. Pourtant, l’idée de la race n’était pas le seul sujet qui l’intéressait. Elle pensait aux questions du féminisme, de la jeunesse, des sociétés différentes, et de l’identité personnelle aussi.

Maryse Condé a écrit son premier roman en 1976, « Heremakhonon ». Avec les romans « Une saison à Rihata » en 1981 et « Traversée de la mangrove » (1989), Condé s’est établie parmi les auteurs antillais contemporains. Dans ses romans, les protagonistes sont tiraillés entre deux cultures où ils cherchent leur identité. Avec son roman « Segou » en 1984 et 1985, Condé a eu du succès. Deux autres romans de Condé ont gagné de grands prix. « Moi, Tituba, sorcière noir de Salem », écrit en 1986, a gagné le grand prix de la Femme 1986. « La Vie scélérate », écrit en 1987, a gagné le prix de l’Académie française de 1988. Plus récemment, Condé a gagné le Prix Carbet de la Caraïbe de 1997 pour « Desirada » et le Prix Marguerite Yourcenar de 1999 pour « Le coeur à rire et à pleurer. » Finalement, elle a reçu l’honneur du Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2001. Maintenant, Condé est président du département d’études francophones à l’Université de Colombia. Elle travaille aussi pour promouvoir la littérature antillaise.

Haut de page