x

Jean-Baptiste Tati-Loutard et les droits des femmes

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Son éducation

Jean-Baptiste Tati-Loutard a fait ses études au lycée Chaminade, école Marianiste, à Brazzaville, près de Pointe-Noire au Congo.  Il y a reçu son baccalauréat et puis il a enseigné pendant plusieurs mois.  De 1961 à 1966, il a continué ses études à Bordeaux. Après avoir obtenu une licence de lettres modernes (en 1963) et d´italien (en 1964), il a enseigné la littérature et la poésie au Centre d´études supérieures de Brazzaville.

Après plusieurs années d’enseignement, Tati-Loutard a pris le poste du directeur de l’Ecole Supérieure des Lettres et du directeur du Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville.  Plus tard, il est devenu doyen de l'Université des Sciences Humaines.

 

La vie d’un écrivain

En 1968, il a commencé à écrire. Ses premières œuvres étaient « Les Racines congolaises » et  « Poèmes de la mer ».  Il est bien connu pour sa poésie et ses nouvelles, entre autres, « Anthologie de la littérature congolaise d’expression française » (1976), « La Tradition du Songe » (1985), et « Le Récit de la Mort » (1987).  Dans un recueil de nouvelles qui porte le titre « Chroniques congolaises » (1974) il traite, entre autres, des thèmes du copinage, de la corruption, de la prostitution, du chômage et des problèmes des émigrés.  En 1979, il a publié les « Nouvelles Chroniques congolaises » dans lesquelles il analyse la mutation de la société congolaise après l´indépendance.

Tati-Loutard a gagné plusieurs prix pour ses ouvrages.  Il a gagné le Prix des Lettres Africaines Alioune Diop en 1982 pour « Nouvelles Chroniques Congolaises », la Toute l'Afrique Okigbo Prix Pour la Poésie en 1987 pour « La Tradition du Songe » et aussi en 1987 il a gagné le Grand Prix littéraire de l'Afrique Noire pour « Le Récit de la Mort ».

Pour savoir plus, voir la page ses œuvres.

Sa vie politique

Mr. Tati-Loutard est membre du gouvernement de la République du Congo depuis 1975.  De 1975 à 1977, il était Ministre de l’Enseignement Supérieur et, en 1977, il est devenu le Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme.  En 1992, il a quitté son poste pour reprendre l’enseignement, mais actuellement il est Ministre des Hydrocarbures.

Haut de page